DOSSIER - MANAGEMENT DES FLUIDES

L'IMPORTANCE DE L'INFORMATION TECHNIQUE ET FINANCIERE
Par Olivier BARRAULT, gérant de Barrault Recherche

"On ne maîtrise bien que ce que l'on mesure bien-"

APPROCHE VERTICALE : FONDER LES DECISIONS

Pour les services tant techniques que financiers, le suivi et l'interprétation de paramètres clés sont essentiels au bien fondé des décisions à prendre. S'agissant de l'exploitation d'une installation de production de fluide quelle qu'elle soit, et en particulier d'une centrale d'air comprimé, le suivi de quelques paramètres caractéristiques est indispensable à l'appréciation de son efficacité énergétique, de la qualité du fluide délivré et de l'évolution possible de l'installation (adéquation dimensionnement / besoins).

Pour le responsable financier, une information fiable est la garantie d'une décision correcte, notamment en terme de rentabilité des investissements. De même, une information correcte permettra d'établir un coût global précis, voire de l'imputer selon des clés de répartition pertinentes.

Afin de rationaliser son analyse, le financier est contraint de canaliser les flux financiers dans un outil bien connu : la comptabilité analytique. Contrairement au sentiment qu'en ont souvent les responsables techniques, cet outil ne repose pas sur des données totalement théoriques. Il est en réalité le lien entre les flux immatériels suivis dans la comptabilité générale et les flux physiques (de matières, de marchandises, d'hommes, ... ) de l'entreprise. Si les données techniques de base sont fausses, alors la comptabilité analytique est elle-même erronée et les décisions qu'elle engendre peuvent devenir aléatoires

Prenons un exemple : une entreprise peut décider d'interrompre la fabrication d'un produit X au profit d'un produit Y parce que l'analyse démontre que sa rentabilité est insuffisante, voire négative. Mais les marges réalisées sur les produits sont en général tellement petites qu'une mauvaise répartition des coûts, même faibles comme le sont souvent les coûts de l'énergie, peut fausser gravement le jugement du décideur.

En fait, l'un des problèmes récurrent rencontré dans l'industrie est très souvent un problème de communication dû à une lacune d'information technique :

- Sans données fiables, mesurées ou calculées, le reponsable technique peut difficilement convaincre le décideur du bien fondé financier de ses choix techniques (quel temps de retour ?).

- Et faute d'informations solides, le décideur hésite à engager une action dont il ne peut apprécier la rentabilité.

APPROCHE HORIZONTALE: DYNAMISER LE DIALOGUE

Outre ce rapport hiérarchique, il existe un lien constant entre le service Production (le "client"), qui impose des contraintes quantitatives et qualitatives sur ses approvisionnements en fluides, et le service Maintenance (le "fournisseur"), qui s'efforce de satisfaire cette demande.

Cette relation de type client-fournisseur est tout à fait normale, mais elle peut être exacerbée et se transformer en rapports de force si la maintenance, très souvent "aveugle", ne dispose que de peu d'indicateurs fiables lui permettant de suivre ses fournitures.

Cette situation conflictuelle s'est rencontrée par exemple dans une usine de plasturgie où des problèmes réguliers, dont on cernait mal l'origine, avaient pour conséquence de stopper fréquemment l'ensemble d'une chaîne de fabrication neuve pendant une demi-journée. le défaut de données mesurées se traduisait par un conflit interne entre le service Fabrication, qui reprochait au service Maintenance de ne pas lui fournir la quantité d'air requise, et le service Maintenance, qui affirmait que les besoins du process étaient beaucoup plus élevés que prévu. Par ailleurs, la responsabilité de l'ingénierie extérieure qui avait conçu le procédé était également mise en cause dans le cadre d'une action juridique.

L'expertise, fondée sur des mesures, a permis de démontrer que les responsabilités étaient partagées et d'apporter des solutions. Mais aussi, ces mesures ont permis de renouer et de faciliter le dialogue sur un plan technique entre les différents acteurs.


LA COMPTABILITÉ ANALYTIQUE, FACTEUR D'EFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUE

Dans le cadre d'une démarche d'optimisation de l'efficacité énergétique de la production, de la distribution et de l'utilisation de l'air comprimé, la comptabilité analytique, si elle est fiable, sera un outil important dans la recherche des économies d'énergie. En effet, les meilleurs résultats ne seront obtenus que s'il existe dans les faits une coordination et une coopération efficaces entre la Maintenance et la Fabrication.

Or, on le sait, un responsable de fabrication ne sera réellement motivé que si l'action engagée a un effet bénéfique sur ses conditions de production ou sur son budget, Si la répartition analytique du coût de l'air comprimé résulte d'une affectation forfaitaire, ou si elle est fondée sur des mesures fausses, il sera au contraire démotivé et ne s'intéressera pas à la démarche.

La comptabilité analytique basée sur des données fiables, incrémentées en temps réel, modifie de façon importante les rapports de force internes. La fonction Production de fluides , et d'air comprimé en particulier, peut se tronsformer de centre de coût en centre de profit. La poste "air comprimé" prend alors un intérêt tout autre pour le responsable Fabrication dans la mesure où cet air comprimé ne constitue plus un coût pur et simple, mais une source non négligeable de gains sur les coûts de fabrication de ses produits.

Des discussions et réflexions peuvent alors être engagées en interne pour améliorer, à tous les niveaux, l'efficacité énergétique du vecteur air comprimé : chasse aux fuites, choix des matériels, ajustement des besoins véritables, enl'utilisation de l'air comprimé, la comptabilité analytique, gagement des procédés,...